Phillip Guston, peinture, 1947-1979 PDF

Il témoigne du fait que l’artiste était conscient d’avoir envahi un territoire «interdit», qu’il était sur le point de créer quelque chose que la lumière du jour ne pouvait supporter. Le titre de la célèbre caprice de Goya nous fournit la métaphore appropriée: La raison produit des monstres.


Le présent ouvrage, qui s’attache à une période allant des premières peintures abstraites aux dernières, figuratives, présente un aspect de l’oeuvre du peintre plus nuancé que cette image d’Epinal forgée par un formalisme d’arrière-garde. Les traduction des écrits de l’artiste, celles des conférences datant des années cinquante jusqu’en 1978, explicitent l’évolution d’une peinture qui, indépendamment de sa forme, abstraite ou figurative, reste fondamentalement fidèle aux leçons d’un existentialisme nourri des lectures des écrivains de l’absurde, de celles des philosophes français d’après-guerre.

James Beck, «Il Segno Americano», Promoteo, septembre 1986. Harry Cooper, « Philip Guston: Paintings 1947-1979 », ARTFORUM, décembre 1999. Eleanor Heartney, «Les Dessins de Philip Guston», ARTnews, décembre 1988.-}