Rhéologie micronique : adhésion de levures Saccharomyces cerevisiae sur le verre PDF

Nous avons acquis la preuve de principe des avantages de l’encapsulation de deux flavonoïdes bioactifs.


Les micro-organismes sont présents dans des environnements à la fois naturels et industriels et leur adhésion aux surfaces exposées est inévitable. L’étude de l’adhésion à l’échelle locale de la cellule et aux premiers instants a pour but de comprendre comment et pourquoi ces objets biologiques adhèrent aux surfaces. Ce travail porte sur l´étude des mécanismes impliqués dans l’adhésion de la levure Saccharomyces cerevisiae sur un support en verre à l’échelle du micro-organisme au moyen d’une pince optique. Ce travail a permis de quantifier les évolutions des forces d’interactions en fonction de paramètres environnementaux tels que la force ionique, le temps de contact, la nature du cation (mono/divalent) et la température. Les mécanismes d’adhésion lors du contact initial, ainsi que les forces de détachement ont pu ainsi être appréhendés et ont permis de mettre en évidence l’impact de paramètres environnementaux sur l’adhésion de la levure S. cerevisiae sur le verre.

Ces mouvements sont réalisés par la coordination spatio-temporelle d’un grand nombre de degrés de liberté corporelle en réponse à l’environnement. Changements conformationnels à grande échelle dans les ADN topoisomérases: l’exemple de l’ADN gyrase B L’ADN gyrase bactérienne est une topoisomérase de type II qui contrôle le superenroulement négatif de l’ADN en circuit fermé. Les présentes études utilisent une cellule expérimentale et des conditions similaires; cependant, les nanosphères ont également été traitées à la fluorescéine et sont observées par fluorescence.-}