Trahir Napoléon PDF

Les pauvres gens disent tout ce qui leur vient à l’esprit et ce qu’ils pensent que l’interrogateur veut savoir.


Monsieur Colonna d’Istria, qui porte un nom prestigieux, est célèbre par ses écrits concernant aussi bien son pays d’origine la Corse que des essais ou des romans, et notamment un dernier Mémoires de Napoléon, publié aux éditions France-Empire, vient de relever ce défi en démontrant qu’on ne peut pourtant pas s’empêcher de penser à des trahisons, de se dire que si l’Empire a fini, si l’œuvre de Napoléon est restée inachevée, c’est que des proches de l’empereur, des serviteurs de l’Empire, des partisans, de ceux qui auraient dû avoir intérêt à ce que l’entreprise continue, ont, par leurs attitudes, par leurs vues à court terme, par paresse, par vice, que tous ceux-là ont contribué à provoquer la fin de l’empire. Il n’est pas interdit de penser – sans doute est-ce simplificateur, qu’importe ! – que si le Premier Empire a fini, c’est que Napoléon a été trahi. C’est la matière de ce livre. Il a le projet de dresser une série de portraits des traîtres qui ont fait trébucher Napoléon et qui ont précipité la chute de l’Empire.

Quelque grandes que soient ses campagnes militaires, combien de fois il fut victorieux sur le champ de bataille, Napoléon devait être destitué par la connivence politique et la trahison personnelle. L’exemple le plus commun, celui de Vandamme ne recevant pas plusieurs messages, suppose que Berthier l’aurait fait – et c’est loin d’être le cas. Les émigrés l’ont soutenu pour leur permettre de rentrer en France.-}